« Some guys just can’t handle Vegas ».
Cette affiche du film The Hangover trône fièrement sur un des murs de l’hostel. Tout en illustrant très bien la folie ambiante que je peux ressentir, je perçois également que ce film fut une magnifique publicité pour cette auberge, et qu’elle essaye de surfer bien naturellement sur la vague.

De retour au front desk, je récupère les clés de ma chambre, tout en arrangeant quelques détails.
J’ai en effet confirmé ma réservation pour un tour vers le Grand Canyon le lendemain matin, samedi. Départ à 6h pour un retour à 21h. Puis le dimanche je prends le bus Greyhound de 3h30, direction Vancouver. Les gens de l’hostel ont été assez cool pour annuler ma nuit du samedi soir, car je n’ai réalisé qu’après coup que vu l’horaire de mon bus, je ne vais pas vraiment l’utiliser…

Pour donner un peu l’ambiance du quartier, le front desk n’est accessible que par une porte blindée qui ne s’ouvre que par un digicode. Pour accéder aux chambres, il faut sortir de ce bâtiment, et se diriger quelques pas plus loin devant deux imposantes portes en métal, identique à une entrée de prison. Et je ne pensais pas avoir visé aussi juste.

Une fois l’entrée passée, je me crois réellement dans un pénitencier, ambiance les Daltons.
Une cour centrale d’une soixantaine de mètres, d’un terrain jauni désertique : terre asséchée et sable. L’enceinte carré est protégée par un haut mur blanc, et tout le long de ce mur se trouve des petits baraquements, une bonne quinzaine.

Quelques personnes zonent autour des bâtiments, d’un air perdu, et font vraiment penser à des prisonniers en sortie. Bref, l’atmosphère ne donne vraiment pas envie ! En entrant dans mon baraquement à la devanture usée, je ne savais pas du tout sur quoi j’allais tomber. A mon grand soulagement, je tombe sur un petit dortoir des plus classiques et bien rénové. Tout le budget a dû passer pour l’intérieur !

La chambre est vide, seule la climatisation vient briser le silence. J’en profite pour prendre une douche, et pour réaliser pleinement que j’ai quitté la Californie. En effet sur un des murs de la salle de bain, un message nous informe qu’il faut faire attention à sa consommation d’eau, aussi bien à la douche que pour les wc. Qu’ici nous sommes au Nevada, et que l’eau, c’est de l’or !

Etant fauché, je n’avais pas prévu de visiter Las Vegas. Cela me paraissait un peu absurde. Je n’étais venu ici que pour effectuer une visite du Grand Canyon. Avant de me laisser aller à une sieste, car je suis épuisé, j’ai quand même quelques remords de ne pas y jeter un coup d’œil. Surtout que c’est ce soir ou jamais. Ainsi avant de m’endormir, je programme un réveil pour 19h.